jeudi 26 mars 2009

La circulation des idées

Suite au tag lancé par L Singulière voici donc le résultat du hasard.
Je vous invite à voir la photo originale de Liyafendi

Il s'agit bien d'un cerisier japonais le sakura qui fleuri fin mars.

CeriseLibertine ne peut y voir qu'un heureux présage.

Joli printemps à toutes et tous.


la_circulation_des_id_es

Le cunni de Dusk et G.

Dans les meilleurs sites du monde il y a celui de Dusk "Meetic et cac40". C'est en son hommage que ce site est rose comme le sien et comme je l'imagine son bouton caché. Dans cette histoire Dusk est avec son ami babyface dans une soirée branchée de la vie parisienne. Personnellement je goute sa truculence.

Extrait de Routine :
Dusk : (....) Allez, viens, je vais faire la queue chez Bruno, j’ai envie d’un bon cunni ».
Babyface : « C’est qui Bruno ? »
Dusk : « Ben Bruno G. Le gars qui écrit des textes pour les marionnettes de la télé, les Muppets ou un truc comme ça. Non, les marionnettes jaunes qui sont dans une poubelle et qui parlent, 1 rue Sésame, c’est ça ? Oh je sais pas, je regarde pas la télé, il paraît qu’il est célèbre, en tout cas il aime bien bouffer des chattes, c’est ça qui compte. Je vais faire la queue là. Attends-moi. »
Babyface a du mal à se frayer un chemin dans la foule. Il y a au bas mot 25 femmes qui se pressent pour bénéficier des prestations de la célébrité. Elles attendent toutes sagement.
Deux heures plus tard Dusk réapparaît, les joues roses.
« Ha ce Bruno, quel homme quand même, ça valait la peine ! En plus en faisant la queue j’ai appris qu’il avait couché avec une star de la politique, Rachida Dati ? Non, Simone Veil ? Edgar Faure ? Ha je ne sais plus, je ne suis pas trop l’actualité politique, à force de lire Meetic ! Bref il est bien efficace quand même… tu t’es bien amusé pendant ce temps ? »
La suite c'est par ici

mardi 17 mars 2009

Rêve de hammam 2

Des photos plus actuelles du hammam de Cagaloglum pousse le fantasme à son paroxysme.
lala_obsession___kate_moss_bathes_at_hammam
Elle nous attire Kate Moss irrésistiblement.
fass_kate_hammam_01_h
Encore
fass_kate_hammam_03_h

Et encore
fass_kate_hammam_04_h

Et encore
fass_kate_hammam_10_h

Et encore
fass_kate_hammam_11_h

Et encore
Mert_Alas_et_Marcus_Piggott
Les photos sont de Mert Alas et Marcus Piggott.

dimanche 15 mars 2009

Rêve de hammam

Je reviens d'Istanbul et j'ai bien sur profité des magnifiques hammams qui nous viennent de cette fabuleuse civilisation.

C'est donc la tête plein de rêves érotiques que je me suis rendu au Cagaloglu Hamam, car pour dans ma culture classique inspirée par Ingres, les bains turcs pour moi c'est ça :

ingres_bain_turc

Ou cette ambiance relaxante :

Istanbul_520

J'ai donc étais ébloui dès l'entrée dans ce lieu merveilleux.

turkish_hammam_istanbul_cagaloglu_hamami

Mais je n'ai pas rêvé longtemps de 69 ou de cunnis sur la grande table de marbre centrale car pour toute présence j'ai eu droit à mes amis ottoman :

istanbul

lundi 9 mars 2009

Les héritières de Guadeloupe

Dès mon plus jeune âge les filles ont constitué mon environnement préféré et plus précisèment je désire avant toute chose allez voir sous leurs jupes.
Adolescent, encore enfant, j'ai conquis une jeune béké, une héritière de domaine en Guadeloupe. Enfin il faut préciser que la splendeur des grands possédants n'est souvent qu'un chateau en haillons.
Je me fis un plaisir de gamahucher cette damoiselle dans les bosquets de la propriété au son des variétés françaises et américaines en provenance de la piste de dance. Ces blancs là n'ont-ils jamais accepté le Funk, la Soul, le Blues enfin toutes ces magnifiques musiques noires.
Mais la nouvelle s'ébruita, la communauté convoqua la jeune femme qui dû me renier non sans verser de belles larmes.
Je me lançais immédiatement dans la conquête d'une cousine de plantation, et dès la semaine suivante elle était vaincue - sans aucune résistance pour être honnête. Je lui suçais à son tour le fruit défendu et je m'invitais dans ces après-midi où les filles restent cloitrées dans les domaines pendant que les garçons vont séduire les métropolitaines de Gosier et de Saint françois (on se fait aristocratiquement chier mais il faut savoir donner de son corps).
Transgresser des lois sociales en donnant du plaisir à ces dames  n'est-ce pas revenir aux sources du libertinage?

Cerise libertine :Comme un foufou devant la fournaise (Photo Nicocerise)

VOYAGE_66

dimanche 8 mars 2009

Journée de la salope

Le 8 mars, c'est la fête de ma race. La journée de la femme.
Ce jour-là, mesdames, si votre homme vous demande "Qu'est-ce qu'on mange ? ", vous avez le droit de lui répondre "Ma chatte, mon amour".
Et la journée de la sodomie, c'est quand ? C'est où la foire au cul ? L"année de la cochonne, c'est déjà passé ? Et la journée des hommes, elle tombe en même temps que la nôtre ? Parce que c'est quoi, une femme, quand il y a personne dedans ?
Le problème, désormais, ce n'est plus pour qui on nous prend, c'est comment on nous prend. Mais où sont les hommes ?
On est passées du coq à l'âne, de Casanova à Lalanne, du stade anal au stade de foot, du septième ciel au trente-sixième dessous. On est passées au bas débit. C'est le supplice de tantale, le temps des queues de cerises. Arrêtez avec vos bouquets de marguerites. Etes-vous vraiment devenus l'ombre de nos chiens ? On connaît la chanson. Depuis le temps qu'on roule des pelles aux crapauds, on le sait, nous, que c'est fini les contes de fées, la queue de Mickey et le prince charmant avec son cheval. Quitte à ce qu'il y ait des chevaux dans l'histoire, on aimerait autant que ce soit la horde sauvage.
On apprécie les bas-reliefs, la petite goutte qui perle, l'odeur sous vos bras, les gros mots et l'éjaculation faciale ; l'amour quoi. L'amour ouf !
Nous, ce qu'on voudrait, c'est la journée de la femme légère. On veut des formes à épouser, des coups de foudre en pagaille, des preuves d'amour, des oiseaux rares qu'ont le sens du vice. Ça va être notre fête, mais il est où le roi des cons ?
Descendez de vos Vélib'. Restez pas planqués sous la minijupe de votre mère. Arrêtez de partir avec nos frères. Revenez, on ne sait plus sur quoi s'asseoir.
La journée de la femme deviendrait la plaie de la police des moeurs.
En attendant, avec Miss.Tic, le jour de la femme on ira au musée de l'homme.
La gabin siné hebdo n° 26 du 4 mars 2009
Je reprends la même oeuvre de Miss.tic que le silence qui parle moi elle me fait kiffer.
misstic

Gloire aux cons

Des tarés internationaux pensent qu'il suffit d'une journée par an pour anesthésier les causes qu'ils jugent perdues : journée des lépreux, de la faim, de la paix...journée des femmes. Comme si nos compagnes ne méritaient pas d'être honorées de 365 à 366 jours par an !
Pas un d'entre eux n'aura pensé à célébrer, en ce jour, la fabuleuse ouverture sur le monde qu'elles ont entre les cuisses et par laquelle la plupart d'entre nous découvrirent que l'univers ne se limite pas à un prodigieux aquarium, molletonné mais étroit !
Pourtant, l'assemblage unique de chairs sensibles, internes ou externes, que tant de mâles et de filles décomplexées adorent explorer à rebrousse-poils mérite célébration !
Effleurons, léchons, suçons ce gland clitoridien minuscule, subtil et turgescent, que des fibres mystérieuses relient aux mamelons et au plus profond du cervaux !
Ecartons doucement ces successions de lèvres qu'une source discrète ou un torrent de désir peuvent rendre si accueillantes !
Dévalons cette piste d'amour qui, du clitoris au sphincter urinaire, nous lance, si l'on en prend le temps, vers les profondeurs marines des tempêtes orgasmiques, leurs répliques anales et leurs sources cérébrales...
Un édito, c'est court, excusez l'orgasme précoce, mais vive la journée des cons !
André Langaney Siné hebdo n° 26 mercredi 4 mars 2009

vendredi 6 mars 2009

Clítoris

Clitoris
Fenêtre de la mer pour la tempête et ses vagues.
Soleil de l’amande pour  le dard et ses trompettes.
Lune du crépuscule pour l’obscénité et ses envies.
Chair de l’impudeur pour le désir et ses tumultes.
Concubine du pubis pour le mâle et ses maux.
Poivrière de la fusion pour l’alcôve et ses tigresses.
Harmonie de la verticalité pour le carnivore et ses succions.
Estampille de foutre pour le créateur et ses hallucinations.
Joyau de l’orgasme pour la flûte et ses doigts.
Plein de l’existence pour l’intimité et ses rites.
Atelier de l’amour pour le martyre et ses  braises.
Cœur du spasme pour l’éjaculation et ses babines.
Fleur de la fureur pour le sadique et ses morsures.
Moulin de délices pour le pistolet et ses tirs.
Marguerite d’Eros pour le lascif et ses ferveurs.
Niche d’énigme  pour le coup et ses foudres.
Cyprine d’adoration pour la tige et ses kermesses.
Bouton d’attachement pour le priape et ses engouements.
Rose de baisers pour l’adorateur et ses cigares.
Calibistri de folie pour le frétillant et ses dilections.
Coquillage de séduction pour le précieux et ses hymens.
Ecu de délire pour le rossignol et ses caprices.
Houppe d’ardeur pour la fantaisie et ses nœuds.
Mandoline de chaleur pour la flèche et ses intrigues.
Fraise du déluge pour le delirium  et ses tremens.
Nid de culte pour le marquis et ses liaisons.
Tiroir de l’érection pour l’épinette et ses passions.
Touffe d’envoûtement pour la dague et ses touches.
Trésor de fièvre pour le phallus et ses brûlures.
Sceptre de la flamme pour la cérémonie et ses frénésies.
Clítoris
Ventana de la mar para la tempestad y sus olas
Sol de la almendra para el dardo y sus trompetas
Luna del crepúsculo para lo lascivo y sus caprichos
Carne del impudor para el deseo y sus tumultos
Concubina del pubis para el macho y sus males
Pimentero de la fusión para la alcoba y sus tigresas
Armonía de la verticalidad para el carnívoro y sus chupetones
Estampilla de lefa para el creador y sus alucinaciones
Joya del orgasmo para flauta y sus dedos
Pleno de existencia para la intimidad y sus ritos
Taller del amor para el martirio y sus brasas
Corazón del espasmo para la eyaculación y la lamida
Flor del furor para el sádico y sus mordiscos
Molino de delicias para la pistola y sus tiros
Margarita de Eros para el libidinoso y sus fervores
Nicho de enigma para la penetración y sus rayos
Ciprina de adoración para el tallo y sus carnavales
Botón de ligue para el priapo y sus caprichos
Rosa de besos para el adorador y sus puros
Calibistri de locura para el bullicio y sus dilecciones
Concha de seducción para lo precioso y sus himeneos
Escudo de delirio para el ruiseñor y sus caprichos.
Copete de ardor para la fantasía y sus nudos
Mandolina de calor para la flecha y sus intrigas
Fresa de diluvio para el delirium y sus tremens
Nido de culto para el marqués y sus ataduras
Cajón de erección para el clavicordio y sus pasiones
Mechón de embrujo para la daga y sus toques.
Tesoro de fiebre para el falo y sus quemaduras
Cetro de la llama para la ceremonia y sus frenesíes.

Arrabal (Monte Carmelo, 2007)
Version française chez eMeRy
Version espagnole chez Ortega

mercredi 4 mars 2009

La tempête (69-99)

La pluie et la grêle nous fouette le visage mais ne nous pertube pas. Tout en avançant rapidement vers son appartement nous échangeons de puissants baisers à pleine bouche, mélangeant nos langues avec fougue.
Ma bouche dans la sienne, je tape son code 1745A et d'un mouvement circulaire nous basculons à l'interieur de l'immeuble.
Trop impatient pour attendre l'ascenceur nous montons les escaliers 4 à 4. Elle me caresse le sexe alors que j'essaye maladroitement de faire pénétrer sa clef dans la serrure.
Nous arrivons enfin sur le lit et je me retiens de déchirer son chemisier comptoir des cotonniers que je lui retire sans le déboutonner. Elle a elle-même retirée sa culotte et plaque ma bouche sur son sexe ruisselant. Je lèche immédiatement cette faille miraculeuse sans me rendre compte que cette frêle jeune femme arrive dans un mouvement incroyable à faire pivoter son corps pour se placer sous moi, me dégraffer et faire jaillir mon sexe qu'elle avale entièrement.
Nos bouches travaillent avec fougue elle ma bite et moi sa chatte avec la même fureur que l'orage qui gronde au dehors. Nous jouissons presque simultanément moi dans la lumière de l'éclair et elle dans le fracas du tonnerre.
Alors que l'immeuble continue à trembler de la colère du ciel, nos deux corps viennent s'abattre sur le lit.

eclair_awalstra

mardi 3 mars 2009

69 : le ying et le yang du cunnilingus.

Le 69ème billet du blog baiserfrancais dès le début programmé pour parler du 69, thème qui ne devait pas être abordé précédemment. Tenir un blog comme un bordel nécessite un certain nombre de principes.
Le 69 est donc bien une position du cunnilingus. Donc pour les polonais je peux décrire la position. En 1992, avec mes camarades nous avons dus décrire moulte fois sous le regard incrédule et les rires de nos amis polonais la position du 69.
Cette position est la suivante l'homme et la femme sont face à face et inversé. Un dessin vaut mieux qu'un long discours. Voilà une création des frères Chapman trouvé sur l'indispensable @mateurdart.

death_ii_512
On en reparlera c'est sur.

lundi 2 mars 2009

Le cunnilingus africain (ou de l'africaine)

Il est difficile de lier actes sexuels et cultures on peut facilement verser dans l'ethocentrisme et dans le préjugé. Il en est ainsi du cunnilingus dans les sociétés africaines.

1er niveau de recherche : google. On retrouve à ce niveau beaucoup d'article sur les maladies sexuellement transmissible et les rapports bucco-génitaux. Il est possible d'envisager la main de la religion catholique et le syndrome du sida.

2ème approche : les liens entre le culinaire et le sexe. C'est un article d'Augustine H. Asaah qui cite notamment les oeuvres de Calixthe Beyala.

La copulation et la consommation, deux activités primordiales qui assurent la survie de l’humanité, se trouvent intimement liées dans l’imaginaire populaire, illustrant ainsi le rapprochement du sacré et du profane, de l’innommable et du nommable. Dans les sociétés occidentales ou occidentalisées, des expressions comme « appétit sexuel », « consommation du mariage », « lune de miel », « honey » et « sweetie » illustrent le même phénomène.
Chez les Akans du Ghana et de Côte d’Ivoire, la règle d’or donnée aux nouvelles épouses de ne jamais affamer leurs maris renferme un sens dénoté tenant aux vivres et un sens connoté relevant du sexe.
Dans Femme nue, femme noire (2003) la protagoniste Irène Fofo qui, par la fellation et le cunnilinctus, présente les organes génitaux et érogènes comme des objets appétissants et mangeables. Presque tous les rapports sexuels, dont les relations intimes entre la protagoniste et divers sujets, les copulations auxquelles assiste Irène Fofo et les compte-rendus voyeuristes facilités par celle-ci dans le roman, entraînent des échanges bucco-génitaux. 

Les parties génitales se font également goulues, quand la narratrice évoque la « grotte vorace », « le sexe vorace » et le « sexe glouton » des personnages.
« On n’apporte dans l’au-delà que le souvenir de la bonne chair et des magnifiques nuits d’amour »

9764487

 Photo Piotrek chez Porte5

BEYALA (Calixthe)

C’est le soleil qui m’a brûlée, Paris, J’ai lu, 1987.
Tu t’appelleras Tanga, Paris, J’ai lu, 1988.
Les Honneurs perdus, Paris, J’ai lu, 1996.
Comment cuisiner son mari à l’africaine, Paris, J’ai lu, 2000.
Les Arbres en parlent encore, Paris, Albin Michel, 2002.
Femme nue, femme noire, Paris, Albin Michel, 2003.
La Plantation, Paris, Albin Michel, 2005.