vendredi 30 avril 2010

Sucer la substantifique moelle ou la dignité des braguettes

Plus encore que le culte du cul et des pratiques sodomites que le récit raconte (...) le récit de Rabelais est spirituellement pornographique car il cherche le trou, la fente initiale qui engendre le monde, fente magistrale de la femme, quasi absente du texte, omniprésente dans sa béance mystique, (...)

Extrait de la dignité des braguettes : Rabelais pornographe  Christine Escarmant

La langue de Rabelais reste un mystère pour moi mais comment ne pas penser au sexe d'une femme lorsqu'il parle de braguette : Comment on vestit Gargantua

Et fut la forme d'icelle comme d'un arc boutant, bien estachée joyeusement à deux belles boucles d'or, que prenoient deux crochetz d'esmail, en un chascun desquelz estoit enchassée une grosse esmeraugde de la grosseur d'une pomme d'orange. Car (ainsi que dict Orpheus, (libro De Lapidibus), et Pline, (libro ultimo)) elle a vertu erective et confortative du membre naturel. L'exiture de la braguette estoit à la longueur d'une canne , deschicquetée comme les chausses,  avecques le damas bleu flottant comme davant. Mais, voyans la belle brodure de canetille et les plaisans entrelatz d'orfeverie, garniz de fins diamens, fins rubiz, fines turquoyses, fines esmeraugdes et unions Persicques , vous l'eussiez comparée à une belle corne d'abondance, telle que voyez es antiquailles, et telle que donna Rhea es deux nymphes Adrastea et Ida, nourrices de Jupiter; - tousjours gualante, succulente, resudante, tousjours verdoyante, tousjours fleurissante, tousjours fructifiante, plene d'humeurs, plene de fleurs, plene de fruictz, plene de toutes délices. Je advoue Dieu s'il ne la faisoit bon veoir ! Mais je vous en exposeray bien dadvantaige au livre que j'ay faict "De la dignité des braguettes". D'un cas vous advertis que, si elle estoit bien longue et bien ample, si estoit elle bien guarnie au dedans et bien avitaillée, en rien ne ressemblant les hypocriticques braguettes d'un tas de muguetz, qui ne sont plenes que de vent, au grand interest du sexe féminin.

Et ce géant de parler du clitoris dans le tiers livre de Pantagruel

Quand ie diz femme, ie diz un sexe tant fragil, tant variable, tant muable, tant inconstant, & imperfaict, que nature me semble (parlant en tout honneur & reverence) s'estre esguarée de ce bon sens, part lequel elle avoit créé & formé toutes choses, quand elle a basty la femme. Et y ayant pensé cent & cinq foys, ne sçay à quoy m'en resouldre: si non que forgeant la femme, elle a eu esguard à la sociale delectation de l'homme, & à la perpetuité de l'espèce humaine:  qu'à la perfection de l'individuale muliebrité. Certes Platon ne sçait en quel ranc il les doibve colloquer, ou des animans raisonnables, ou des bestes brutes. Car Nature leurs a dedans le corps posé en lieu secret & intestin un animal, un membre, lequel n'est es hommes: on quel quelques foys sont engendrées certaines humeurs falses, nitreuses, bauracineuses, acres, mordicantes, lancinantes, chatouillantes amerement: par la poincture & fretillement douloureux des quelles (car ce membre est tout nerveux, & de vif sentement) tout le corps est en elles esbranlé, tous les sens raviz, toutes affections interinées, tous pensemens confonduz.
De manière, que si Nature ne leurs eust arrousé le front d'un peu de honte, vous les voiriez comme forcenées courir l'aiguillette plus espovantablement que ne feirent oncques les Proetides, les Mimallonides, ne les Thyades Bacchicques au iour de leurs Bacchanales. Par ce que cestuy terrible animal a colliguance à toutes les parties principales du corps, comme est evident en l'Anatomie.

Alors je vous invite également à approfondir le sens du récit, à "rompre l'os et sucer la substantifique moelle".

Illustration tiré du site de Yoni. Je n'ai pu m'en empêcher.

yoni_vhs_5

samedi 24 avril 2010

Les rétros du samedi

Très belle série de cabinet des curiosités dans la catégorie rétro du samedi.

Alors un petit coup de rétroviseur pour voir le cunni de papa et maman.

52326203_p

jeudi 15 avril 2010

Le 69 poétique : l'échange

C'est encore sur le topic habituel du forum Francophonia que j'ai cherché ce poème.

L'échange

De sa bouche il cherchait une source tarie
Dont la mousse arrêtait le cours interrompu ;
Et sa lèvre mouillait une lèvre fleurie
Pour étancher sa soif en son coeur non repu.

D'une tige éperdue, aspirant la corolle,
Farouche, elle absorbait chaque tressaillement,
Consacrant son désir à quelque course folle
Dont le but est l'étrange ivresse du moment.

Le silence imprimait de plaintives minutes :
Leurs corps ne comptaient plus les successives chûtes
Vers ce gouffre où notre innocence s'immola.

Soudain l'ombre exila la lumière éblouie,
Et, dans un même élan, la fleur épanouie
Répandit sa rosée et la source coula.

Jacques BRINDEJONT-OFFENBACH
Les divertissements d'Éros. 1927

Petit-fils du célèbre compositeur dont il publia la biographie en 1940, Jacques Brindejont-Offenbach a commis en 1927 un recueil de poèmes érotiques intitulé Les Divertissements d'Eros (Ed. Henry-Parville), illustré d'aquarelles de FoujitaSource.

Et des chattes dans l'oeuvre de Foujita il y en a partout.

29947108

"Autoportrait au chat" 1928

lundi 12 avril 2010

Un mâle musclé, un vrai

Les lectrices demandent des hommes. J'arrête un peu les poèmes, les cunnis lesbiens pour les satisfaire.
Bisous à vous insatiables que vous êtes.

La photo est une oeuvre de  Michael Rosen. Ce mec est un fou furieux. La photo ci dessous est excessivement soft mais elle révèle l'humour que l'on retrouve dans ses séries Lust & Romance ou Vanilla sex dont cette photo est extraite.

cabinetcuriosite_michaelrosen

dimanche 11 avril 2010

Cunnilingus féministe

Faut-il connaitre l'auteur pour comprendre l'oeuvre ?

jill posener

Jill Posener San Francisco 1989

La première fois que j'ai publié cette photo, j'y ai vu un homme gamahuchant ardemment une femme.
Il s'agit pourtant de 2 femmes. La forme des fesses, les cuisses ne trompe pas.
Pourquoi me suis-je trompé? 2 femmes l'une en habit féminin et l'autre masculin. La main agrippant le sein est aussi un geste que l'on pourrait définir de masculin.
On a beau connaitre l'auteur on lit une photo avec ses yeux et avec ses préjugés.

Jill Posener est une artiste importante dont le blog est ici. Son oeuvre est lié à Susie Bright. Notamment autour de la revue On Our Backs et du livre Nothing But The Girl: The Blatant Lesbian Image.

Wikipédia propose ce lien vers the history of On Our backs et freelibertaire une petite interview en français de Susie Bright.

mercredi 7 avril 2010

La source

Source vénérienne où vont boire les mâles !
Fissure de porphyre où frise un brun gazon,
Qui, fin comme un duvet, chaud comme une toison,
Moutonne dans un bain de senteurs animales.
Quand un homme a trempé dans tes eaux baptismales
Les désirs turgescents qui troublaient sa raison,
Il en garde à jamais la soif du cher poison
Dont s’imprégna sa peau dedans tes eaux thermales.
Ô Jouvence des cœurs ! Fontaine des plaisirs !
Abreuvoir où descend le troupeau des désirs
Pour s’y gorger d’amour, de parfum et d’extases !
Il coule de tes flancs, le nectar enchanté,
Elixir de langueur, crème de volupté…
Et pour le recueillir nos baisers sont des vases !

Edmond Haraucourt

Retrouver cette source chez Forum Francophonia
 
Photo glané chez passionelles, j'en profite pour penser à elles.

46200867

Ça manque de porno

Juste un lien vers un blog que je viens de découvrir.

On manquait de Porno
 
Attention parfois le lait déborde.

mardi 6 avril 2010

La naissance du monde toujours

Encore et toujours ce tableau fondateur.

Juan_Manuel_Castro_Pietro

Cette fois il est magnifié par Juan Manuel Castro Pietro.

Voilà ce que Baptiste Galea a pu dire de lui.

Juan Manuel Castro Pietro est considéré comme un des meilleurs tireurs européens. Mais que se passe t-il quand ce même tireur, nous montre son travail personnel ?  L’auteur joue et s’amuse; il pousse les limites de la photographie en combinant un travail de prise de vues avancé avec un développement en laboratoire complètement maîtrisé. Les longs temps de pauses, les flous de bougés, les distances focales très courtes sont utilisées pour donner une première base de travail. Ce scientifique artiste du développement rentre ensuite dans sa chambre noire pour déposer ses négatifs sur papier et pour une fois, cet homme de l’ombre développe ses propres négatifs. Il réalise ainsi complètement ses images, de la composition aux tirages. Comme il ne manque aucune étape dans la réalisation, il nous dévoile son espace intime, exactement comme il le souhaitait, sans interprétation et sans hasard.

lundi 5 avril 2010

Cachez ces lèvres que je ne saurez voir

Alors que ce blog se démène pour célébrez le bijou caché, le rosebud secret. 

Le sexe de madame est parfois durement célébré par les hommes.

Je découvre donc le camel toe littéralement orteils de chameau. Mais je découvre encore plus effaré le deuxième effet camel toe


La belle chatte de Katrin


Mademoiselle K ne cachait pas qu'elle aimait les belles queues. N'a-t-elle pas une collection de phallus dans son bureau? Mais après Les délaissements dans le boudoir puis radioerotic, voici le lancement de Quartier des plaisirs et il semble que le baiser intime y sera particulièrement à l'honneur.

Comme il faut bien appeler une chatte une chatte je n'ai pas intitulé ce billet sweet tender of Katrin mais je souhaite beaucoup de plaisirs à ce nouveau bonbon que nous prendrons plaisirs à sucer. 

Publier une photo n'est pas citer mais si vous pouviez prendre cela comme une invitation à Tumbleriser sans restriction.

viens sucer mon joli bonbon


6a00d8341c2be153ef01347f9f310d970c

jeudi 1 avril 2010

Monter, descendre

Que faire à mi-chemin ?
Monter : je pose mes lèvres sur les siennes.
Descendre : je pose mes lèvres sur les siennes et, lèvres contre lèvres, y boire à la source le nectar.
 
Mon désir est une impatience éternelle.

Soren Kierkegaard Le journal d'un séducteur

L'art d'aimer

Si tu veux m'en croire, ne te hâte pas trop d'atteindre le terme du plaisir; mais sache, par d'habiles retards, y arriver doucement. Lorsque tu auras trouvé la place la plus sensible [que la femme aime à sentir caressé], qu'une sotte pudeur ne vienne pas arrêter ta main.

 OvideL'art d'aimer, Pratique des choses de l'amour [2, 703-744].

Volupté

Léona l'entoura de ses jambes, baisa
Ses yeux, sa chevelure et sa langue vermeille.
La vierge, dont le cœur en souriant s'éveille,
A ces souffles de feu par degrés s'embrasa.

Suçant les boutons durs de sa gorge pointue,
La louve sur son corps promenait tous ses doigts ;
On eût dit qu'elle avait vingt lèvres à la fois...
Aline se pâmait à ce jeu qui la tue.
- " Ouvre ta cuisse blanche et ronde, mon enfant ;
Ton clitoris, blotti dans sa toison dorée,
Veut les tendres fureurs d'un baiser triomphant ! "
Ivre de volupté, mais non désaltérée,
Léona savourant son virginal trésor,
A la coupe d'amour, le soir, buvait encor.
Henri Cantel

Clitoris

Le clitoris en fleur, que jalousent les roses,
Aspire sous la robe, à l'invincible amant ;
Silence, vent du soir ! taisez-vous, cœurs moroses !
Un souffle a palpité sous le blanc vêtement.

Béatrix, Héloïse , Eve, Clorinde , Elvire ,
Héroïnes d'amour, prêtresses de l'art pur,
Chercheuses d'infini, cachez-vous de l'azur !
D'astre en astre montez, aux accents de la lyre

Loin des soupirs humains ; plus haut, plus haut encor,
Volez, planez, rêvez parmi les sphères d'or !
Le printemps fait jaillir les effets hors des causes ;

La lune irrite, ô mer ! ton éternel tourment,
Et le désir en flamme ouvre amoureusement
Le clitoris en fleur qui jalouse les roses.

Henri Cantel